Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La chouchoute

Pascaline avait réussi à trouver un travail à responsabilités dans une entreprise de transport très connue.Comment s'y était-elle pris? Mystère… Toujours est-il qu'elle ne foutait rien de la journée, n'y connaissant rien et ne voulant surtout rien y connaître,...

Lire la suite

Elle est mariée!

Pascaline avait des goûts de luxe concernant les mâles: grands, ténébreux, blonds ou roux, athlétiques, riches, généreux, et si possible gentils mais de ça elle s'en moquait relativement, ayant un caractère de naja qui vient de se coincer la queue dans...

Lire la suite

Pascaline et ses amies.

Pascaline avait trois copines, imposées par l'amitié des parents respectifs: Lolo, la fille pulpeuse et intelligente, Chrichri, un peu cracra, mais d'une intuition folle, et la grande Zaza, belle jeune fille longiligne et culottée. Pascaline ne pouvait...

Lire la suite

Marre des cons!

Alors bien sur, le titre est racoleur, il est archi connu et ne fait pas dans le délicat, voire même se repaît de vulgarité gratuite. Bon, maintenant que c'est dit, je vais vous expliquer. On connaît bien des cons dans la vie, au volant de leur bagnole...

Lire la suite

Géraldine

Gégé ne peut plus se passer de moi. Elle m'écrit maintenant tous les 20 jours, pour me demander pourquoi je blogue plus. J'ai pas l'temps! ma brave Géraldine! Je suis en homme fort occupé, mais je vais faire un effort. Promis.

Lire la suite

Fermeture du blog.

Je les trouve un peu pénibles. Il leur faut de la fréquentation atomique, qu'on s'occupe de son blog à donf, ok, c'est normal. Mais la pression est énorme sur le pauvre pépère qui fait ce qu'il peut pour tout faire. Alors ce petit article suffira t'il...

Lire la suite

Bravo Overblog!

Le premier article de cette rubrique sera un coup de coeur. Bravo à OverBlog qui vient de m'écrire pour s'inquiéter de mon "inactivité". Je tiens donc à les féliciter pour leur gentillesse et leur professionnalisme, particulièrement Géraldine.Je vais...

Lire la suite

Le débarquement.

Un jour de mai, je m'en souviens, il pleuvait comme éléphant toxico aux diurétiques qui pisse, j'entendis un cri strident et échevelé. hhhhhhhhiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Nous...

Lire la suite

La cousine Valentine, Fin.

Tout le monde était affolé, incrédule, sauf papa qui était arrivé au stade de sérénité totale à 12° raisinés. Taty Claude se comprimait la poitrine de saisissement, et ne pouvait se lever de sa chaise. Elle semblait prier, mais aucun mot ne sortait de...

Lire la suite

1 2 > >>